Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Les familles des victimes continuent de demander justice © Amnesty International/Sergio Ortiz

Les familles des victimes continuent de demander justice © Amnesty International/Sergio Ortiz

Peine de mort et torture
Actualité

Affaire des disparus au Mexique : le vrai visage du président Peña Nieto

La réaction cynique du président Enrique Peña Nieto face à la disparition forcée, il y a deux ans, de 43 étudiants dans l'État de Guerrero est le reflet du mépris du gouvernement mexicain vis-à-vis droits humains.

La tragédie d'Ayotzinapa a révélé à quel point le gouvernement du président Peña Nieto ne recule devant rien pour dissimuler les violations des droits humains qui ont lieu au Mexique. Les autorités ont fait tout ce qu'elles ont pu pour empêcher que la justice soit rendue et pour protéger leur image : elles n'ont pas su empêcher l’attaque contre les étudiants, elles ont entravé les efforts internationaux visant à dévoiler la vérité, elles ont rejeté toutes les critiques quant à la manière dont cette enquête a été menée.

Lire aussi : Ángel Colón : "Avec ses militants Amnesty fait comprendre au gourvernement mexicain que le monde regarde"

Les autorités mexicaines ont affirmé que les étudiants avaient été enlevés par un groupe de criminels local et que leurs dépouilles avaient été incinérées et jetées dans une décharge locale. Cependant, après une enquête médicolégale d'un an, un groupe d'experts nommés par la Commission interaméricaine des droits de l’homme a conclu qu'il était scientifiquement impossible qu'un si grand nombre de corps aient été incinérés dans les conditions avancées par les autorités. D'autres experts travaillant sur l'affaire partagent ce point de vue.

Retour sur les faits

Les 43 étudiants de l'école normale rurale Raúl Isidro Burgos ont été soumis à une disparition forcée dans la nuit du 26 septembre 2014, après avoir été arrêtés par la police municipale alors qu'ils prévoyaient de participer à une manifestation à Mexico pour commémorer le massacre d'étudiants ayant eu lieu le 2 octobre 1968. Seule la dépouille d'un des étudiants, Alexander Mora Venancio, âgé de 19 ans, a depuis été identifiée. On ignore tout du sort des 42 autres étudiants et de l'endroit où ils se trouvent.

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres
Bienvenue sur le nouveau site d'amnesty.fr.